Volvelle

De wiki de la SBF
Révision datée du 3 février 2019 à 15:02 par Marie-Alice Mathis (discussion | contributions) (catégorisation selon l'arborescence)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Volvelle de l'édition de Elementa doctrinae de circulis coelestibus et primo motu de Caspar Peucer imprimée par Johann Krafft à Wittenberg en 1553
Une volvelle est un montage en papier ou en parchemin inséré dans un livre qui permet de faire tourner un élément par rapport à un autre. Elle imite le fonctionnement de l'astrolabe et en cela se retrouve typiquement, mais pas exclusivement, dans les ouvagres ayant trait aux astres - livres d'astrologie, d'astronomie ou de navigation - ainsi que dans les calendriers.

Origines

Le nom de « Volvelle » provient du verbe latin volvere, qui a lui-même donné le mot volver en français médiéval, signifiant tourner. La forme volvelle est attestée dès le XIVe siècle. Ce type de montage est présent dans des livres dès l'Antiquité et se retrouve dans les manuscrits médiévaux, notamment dans le monde musulman. Il connaît sa grande heure de gloire dans les premiers siècles du livre imprimé, lorsqu'il est largement diffusé dans des ouvrages scientifiques.

Constitution et fonctionnement

La volvelle "Instrumentum veri motus lune" avec et sans les parties amovibles (1482-1483), Bibliothèque Sainte Geneviève à Paris, OEXV 762 (2) Rés (1) et OEXV 540 Rés (1)
Un ou plusieurs disques de papier ou de parchemin sont posés sur un support conçu pour les recevoir et pivotent autour d'un axe central souvent créé à partir d'une ficelle insérée au centre des disques et qui transperce également le support. En tournant un ou plusieurs disques, on arrive ainsi à établir des relations entre les indications apposées sur les disques et le support. Les parties en rotation peuvent également prendre d'autres formes qu'un disque (aiguilles, manicule, etc).


Dans les livres imprimés, ces volvelles n'étaient souvent pas mise en place lors de la vente du livre et il incombait au possesseur de les créer. Ceci se faisait en général en découpant des feuilles imprimées insérées à la fin du texte principal [1]. La description du fonctionnement de la volvelle est souvent donnée dans le texte qui accompagne la gravure qui sert de support.

Utilisation

Page de titre du [schoene und gotselige kurtzweil, eines Christlichen loßbuechs] publié par Heinrich Vogtherr à Strasbourg en 1539 (USTC 656343)
Les volvelles ne se limitaient pas aux livres scientifiques ou astronomiques et certaines furent utilisées pour rendre des ouvrages de piété plus interactifs. L'exemple ci-contre de 1539 montre un emploi sur la page de titre du livre, conçu pour attirer l'acheteur. On trouve également des volvelles dans les livres récréatifs pour accompagner des jeux de hasard ou de dés [2].



  1. Voir l'exemplaire de l'Université de Rennes 2 de l'édition du Sphæra de Joannes de Sacrobosco publié à Lyon par Hugues Gazeau en 1606 : S. Degoulange, « Un outil ignoré, ou la rareté par non-utilisation » dans A.-M. Hansen et M. Walsby, Rareté et livres rares XVIe-XXIe siècles, Rennes: 2018, p. 60-62.
  2. S. K. Schmidt, Interactive and Sculptural Printmaking in the Renaissance, Leiden : Brill, 2018, p. 100 et p. 341-3.